Nos 3 coups de coeur actuels

Lety


Réf : 118.094.951
Tadaaaaa… Nous y voilà. J’ai la médaille. Celle de la plus ancienne pensionnaire du refuge.

Je m’appelle Lety, j’ai un peu plus de trois ans et je meurs à petit feu.

Je n’ai pas de rancune vis-à-vis des humains mais je dois avouer qu’ils ont la critique facile. Le reproche qui m’a amené au refuge? Ma haine absolue, totale et inconditionnelle des autres chiens. Il suffit de regarder ma photo de profil sur le site: quel attirail! Muselière, harnais et laisse. On dirait une tueuse…

Il eût été si facile, quand j’étais chiot, de me socialiser avec mes congénères; de m’apprendre à les aimer et jouer avec eux; de marcher au pied plutôt que de tirer, encore et encore, sur ma laisse. Sans faire de comparaison hasardeuse, un chien s’éduque comme un enfant. Il faut lui apprendre les bonnes manières, les codes de la vie en société, les comportements appropriés en toute circonstance. Moi, je me suis élevée toute seule et j’ai loupé quelques étapes…

On a donc fini par s’occuper enfin de mon cas… en m’abandonnant.

Je suis arrivée au refuge en juillet 2018. Faites le compte, il est dramatique.

Alors aujourd’hui, j’appelle au secours, parce que je n’en peux plus. J’attends chaque jour la demi-heure de promenade pendant laquelle je puise la force de supporter cet interminable calvaire qu’est l’enfermement pour un chien de mon âge et de mon énergie. Pendant ce temps de presque liberté, je prends un maximum de tendresse, j’offre des câlins et des regards implorants, je cherche la main qui me caresse et je tente de me dépenser parce que cela m’est vital. J’aime les humains, petits et grands, bien que je reste un peu méfiante face à la gent masculine.

Je ne vais pas vous leurrer: il y a un peu de boulot avec moi. Je dois être enfant unique, et l’expression « main de fer dans un gant de velours » sera une nécessité. Je peux être le meilleur des chiens mais aussi partir dans tous les sens si mes maîtres n’ont pas un peu de connaissances canines. Je suis protectrice; attachante et très attachée à celui ou celle qui me donne son attention; à l’écoute, si l’on sait parler « chien »; je serai une merveille si on m’offre enfin l’attention qui m’a toujours manquée.

Mais maintenant, il faut se bouger, venir me voir, me prendre hors de ma cellule, me parler, découvrir la chienne ultra sensible que je suis, me sauver et m’aimer. De grâce...

Demandez Lety, première allée à gauche, la toute dernière loge, la plus sombre, au fond du couloir.

L’humain m’a mise derrière des barreaux et seul lui peut m’en sortir.

Le calvaire doit s’arrêter parce que je le répète: je meurs à petit feu...

Pour Lety, contactez le refuge de Liège.


Vulcain


Réf : 118.095.876
Regardez mes photos de profil. La première a été prise lors de mon arrivée au refuge: 13,3 kg de misère. Les autres sont récentes, j’affiche maintenant un joli 25kg de pleine santé. J’ai été sauvé in extremis de la cruauté des humains; j’étais enfermé dans une pièce, sans lumière, sans eau, sans nourriture, et bien entendu, dans la solitude la plus totale…

Il n’y pas de justifications possibles à un tel traitement. Même si j’avais été un monstre... Le seul monstre dans cette histoire, c’est l’homme.

Il a fallu des semaines pour que je récupère. Toujours isolé dans une loge au refuge, mais nourri, abreuvé, soigné et, enfin, caressé.

Ce qu’il y a de merveilleux, avec les animaux, c’est que la bonté de leurs sentiments, leur pardon et leur résilience, ne sont pas subordonnés à un retour de générosité; ils donnent sans calculer. C’est peut-être en cela que leur grandeur d’âme est supérieure à celle de beaucoup d’humains. C’est mon cas. J’aime les gens de tout mon être. Et si vous pouviez me comprendre, vous entendriez combien je crie que la vie est belle!

Lorsque je peux voir le jour, une petite demi-heure quotidiennement, je suis joyeux au possible, je cherche les caresses, le regard; j’adore jouer avec la balle dans l’enclos, sans jamais sauter sur mon compagnon de jeu; je ne tire pas en laisse; je ne montre aucune animosité vis-à-vis de mes congénères. Je découvre le monde, et je l’aime.

On ne m’a encore trouvé aucun défaut, si ce n’est de mordre quelques fois la longe en début de promenade. Mais je me suis fait gronder… et puisque je suis intelligent et soucieux de faire plaisir, j’ai déjà presque cessé.

Il y a pourtant encore une barrière à mon adoption… Je suis un American Staff, et ça, c’est la race qui croule encore sur une nuée de préjugés. Infondés pour ceux qui nous connaissent! Mais l’étiquette est tenace.

Alors soyez intelligents et passez outre. Sachez que c’est l’homme, une fois encore, qui a fait de nous des êtres agressifs. Notre nature est bonne, protectrice, fidèle et sûre. Venez à ma rencontre, découvrez un chien débordant d’affection et de joie, et offrez-moi une « vie de chien », avec des promenades, un jardin pour jeter mon feu, un panier, des câlins à revendre, de bons soins, de la nourriture, des enfants avec lesquels jouer. Un home sweet home rien qu’à moi et pour le reste de mon existence.

Après l’enfer que j’ai connu, ce serait un juste retour des choses, ne trouvez-vous pas…?
Pour Vulcain , contactez le refuge de Liège.


rouky


Réf : 318.013.161
Rouky a été trouvé. Nous ne connaissons rien de son passé.
C’est un chien jeune, très dynamique et assez nerveux.
Il aura besoin d’un maître actif qui l’emmènera chaque jour faire une longue balade (il en a grand besoin afin de canaliser toute son énergie ) Une maison avec un jardin où il pourrait courir et jouer serait indispensable pour lui.
En effet, quand Rouky a dépensé son trop-plein d’énergie il devient calme.
Il sera nécessaire de parfaire son éducation car il est arrivé très jeune au refuge.Il écoute assez bien et tire fort en laisse mais on peut améliorer et corriger tout cela par un peu de dressage.
Impérativement PAS de chat dans sa nouvelle maison.

Pour rouky , contactez le refuge de Vinalmont.